Dans le silence d’une émotion, dans l’éclat d’un fou-rire. Dans le flou d’une timidité…La photo est belle quand elle parle vrai. Quand elle n’essaye pas d’être. Quand elle prend vie par elle-même.

Nous faisons partie d’une génération où les femmes bien qu’en pleine libération grâce au féminisme, sont mises à rude épreuve. Alors que les symboles de féminité des années 50 étaient des actrices, notre génération a  comme référence des mannequins: Sois belle et tais-toi. Si la femme se veut libre, les clichés la dépeignent encore comme un objet sexuel, photoshopée et botoxée a l'excès. Entre son rôle de femme-masculinarisée dans son quotidien et son physique de barbie comme référence, la femme 2015 a du mal à se sentir en accord avec son image. Alors, quoi de plus juste qu’une thérapie qui se fait justement sur cette image grâce à la photo.

 

La thérapie par la photo consiste avant tout à un rendez-vous avec soi. Avec sa propre image, son jugement sur soi et son idée sur la beauté ou sa féminité... C’est un moment pour se recentrer. Peu sont les femmes qui parviennent à se regarder simplement. La thérapie par l’image englobe autant le passage devant l’appareil photo, que le regard des images elles-mêmes. Le but est de comprendre le regard de l’autre, le regard de soi pour finalement se recentrer sur ce qui finalement crée la femme: elle-même.​

 

Beaucoup de femmes ont une piètre opinion d’elles-mêmes. Et elles restent et seront toujours l’énergie créatrice de la vie. Les femmes sont le feu. Elles sont la passion et la transmission. Je ne peux imaginer une société qui tourne correctement sans des femmes fortes pour pilier. J’aime l’idée de travailler avec elles. Etre à leur côté pour prendre distance du poids de leur quotidien et leur permettre de se recentrer sur l’essentiel.​​

C'est libérant de se voir. C'est une facon de faire la paix avec soi-même

 

La vie nous donne quotidiennement un miroir qui n’est finalement que le reflet de notre monde intérieur. Imaginez la différence entre quelque-un qui perçoit la vie sous le prisme de la frustration et celui qui le voit sous celui du bien-être. La frustration nous entraîne dans une pensée très restrictive où on a des certitudes limitantes. Où l'on vit dans un monde en solitaire, sans options possibles. Le bien-être est une danse dans laquelle il existe toutes les possibilités. Un monde ouvert à l’autre et sans limites. 

La sentence est tombée. Bientot je me meurs. Maintenant je peux vivre.

Aline Frisch

 

Pensées

Soul Photography

Create the experience 

© 2018 Aline Frisch - All material and pictures are protected under the laws of copyright and are Aline Frisch's propriety.

They may be published for advertising reasons."Therapeutic Photography Studio" is Trademarked